Reprise des cours niveau 1 le jeudi 10 septembre, niveau 2 le mardi 22 septembre.

Boxe du faîte suprême

 

Tai : grand, suprême
Ji : faîte
Quan : poing, boxe, combat

Le Tai-Ji Quan pratiqué au sein de l’école Yên-Long est un style dérivé de l’école Yang et de la boxe en cercle (Vinh Quyên).

Yen_long_club_art_martiaux_dunkerque_vo_thuat_y_quyen_taiji_tai_ji_quan_chi_qi_gong_meditation_eventail_bien_etre_combat_arme-epee-self_defense_vietnamien_12_1

L’entraînement aux exercices de Tai-Ji Quan est tout d’abord exécuté lentement pour percevoir la relaxation du corps et de l’esprit. Ainsi se met en place une meilleure coordination du mental (Y) et du physique. On y retrouve la fluidité, la souplesse et la légèreté des mouvements ; le tout en se déplacent en une suite ininterrompue formant des enchaînement « duan » liés.

Les exercices internes permettent de trouver le calme et la quiétude dans une exécution en totale décontraction.

La relaxation est importante, les muscles et les articulations doivent être relâchés, le corps est décontracté.

Le Tai-Ji Quan nécessite une coordination totale entre les parties supérieures et inférieures du corps ainsi qu’entre les mouvements vers l’intérieur et vers l’extérieur, en prenant conscience de la respiration. C’est un travail de l’ensemble du corps la taille et le dos donnent l’impulsion au mouvement des membres.

Portez l’attention à certaine parties du corps, rentrez le menton, respirez par le nez, les épaule basses, coude relâchés. L’appui au sol, utilise le principe du « vide et du plein » par le passage constant du poids du corps d’une jambe sur l’autre. Quand on se déplace vers l’avant, il faut d’abord toucher le sol avec le talon et vers l’arrière avec la pointe du pied.

La respiration (Qi) est basse naturelle. En règle générale, il faut inspirer quand on ouvre le corps, quand les mains poussent vers le haut et expirer lorsque le corps descend, se ferme et lorsque les mains poussent vers le bas.

L’Esprit (Y) est serein, attentif et clair. Le regard accompagne le geste ou le précède. Ecoutez votre corps.

Les enchaînements travaillés sont d’origine chinoise et certaines vietnamienne.

La forme que nous travaillons se compose de 24 mouvements divisés en 8 séries.

les 8 pièces de Brocard ainsi que Le Niem Thu (Tui Shou) sont également travaillés au sein de l’école. Le travail du bâton court, du sabre et de l’épée représente les formes plus avancées de la pratique et sont proposés dans les cours de Binh Khí.